France

mon amour mon beau pays, qu’aurais-je fais pour toi ?

pour tes enfants et tes morts, ton agonie m’écrase.

je pleure et j’enrage.

écoute la rumeur de ceux qui t’aiment, les yeux dans ta couleur.

le moment de l’échéance, de l’acte d’amour, est annoncé.

entend le cri de vengeance, la révolte des ombres.

nul roi pour mener la charge, l’âme et le coeur liés,

le courage des lâches donnant la mesure,

ils plieront.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s