traçabilité

petite pépite lue sur le blog de Christine Tasin( http://christinetasin.over-blog.fr) :

la France même si elle le voulait, ne pourrait voter une loi obligeant les opérateurs de la filière viande à inscrire le mode d’abattage des animaux. en effet au regard de la législation, toutes les inscriptions obligatoires sont décidées au niveau européeen et non plus national. encore un bel exemple de ce que j’expliquais dans ma chronique sur « les héritiers » au sujet de l’abandon de notre souveraineté. autrement dit, impossible de savoir si nous mangeons une viande sacrifiée rituellement, d’une bête non assommée préalablement, sauf si de lui-même l’opérateur décide d’indiquer la provenance.

voici les sources de l’info au journal officiel

 

Question publiée au JO le : 08/02/2011 page : 1106
Réponse publiée au JO le : 01/03/2011 page : 1974

Texte de la question

Mme Maryse Joissains-Masini attire l’attention de M. le ministre de [1]l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire sur la consommation de viande par abattage rituel, imposée actuellement, à leur insu, aux consommateurs, alors que seul 1/10e de la population française en est le consommateur potentiel. Aujourd’hui, deux animaux sur trois abattus rituellement sont consommés dans notre pays. Pour des raisons d’éthique, certains consommateurs ont le droit de ne pas vouloir consommer un animal qui a été égorgé à vif. Elle lui demande donc, au moment où chacun parle de transparence, de rendre obligatoire l’information sur le mode d’abattage des animaux en généralisant l’étiquetage sur tous les produits de boucherie.

Texte de la réponse

Les dispositions du code rural et de la pêche maritime relatives à la protection animale à l’abattoir (art. R. 214-63 à R. 214-81) et celles de l’arrêté du 12 décembre 1997 relatif aux procédés d’immobilisation, d’étourdissement et de mise à mort des animaux et aux conditions de protection animale dans les abattoirs, reprennent ou transposent l’ensemble des obligations communautaires. Elles rappellent que l’étourdissement des animaux avant leur mise à mort est obligatoire en France. Conformément à la directive communautaire 93/113/CE relative aux conditions de protection animale lors de la mise à mort et de l’abattage des animaux et au règlement 1099/2009 qui sera applicable en 2013, des dérogations sont accordées dans le cas de l’abattage rituel afin de respecter le libre exercice du culte. Le code rural et de la pêche maritime impose que les abattages rituels soient effectués en abattoir et uniquement par un sacrificateur habilité par un organisme religieux agréé. L’abattage rituel sans étourdissement est donc licite et correspond au libre exercice du culte. Les modalités d’information du consommateur sont prévues par le code de la consommation qui indique, dans ses articles R. 112-1 et suivants, les modes de présentations et les inscriptions qui doivent figurer sur les denrées vendues préemballées. Ces articles transposent en droit français les dispositions de la directive n° 2000/l3/CE relative au rapprochement des législations des États membres concernant l’étiquetage et la présentation des denrées alimentaires ainsi que la publicité faite à leur égard. Aucune obligation n’est actuellement prévue pour l’étiquetage des produits à base de viande dans la réglementation européenne concernant les modalités d’abattage précises des animaux, et la France ne peut pas rendre obligatoire une réglementation propre en matière d’étiquetage des denrées alimentaires. Les opérateurs gardent évidemment toute faculté d’inscrire de manière volontaire des mentions supplémentaires sur l’étiquetage de leurs produits.

 fin de l’article du JO

comme vous l’avez lu, la seule méthode pour savoir ce qu’on mange sera de faire pression sur les opérateurs en boycottant les produits non étiquettés, mais ça risque de devenir difficile de faire ses courses pendant un moment!!!! ou alors de ne manger que du porc!

l’autre solution est de raccourcir les circuits de distribution et de ne passer que par des agriculteurs qui vendent leur viande en « direct » et qui font abattre leur bête par un abattoir qu’il connaissent. encore une piste à suivre, en effet si le marché du hallal se développe, je pense qu’il y a aussi un marché pour un label NON HALAL avec des consommateurs interressés à avoir la certitude de la provenance certifiée non halal.

si parmi mes lecteurs, certains ont des connexions dans le circuit viande pour développer l’idée, qu’ils me contactent.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s